voitures mythiques du cinéma

Voitures mythiques du cinéma : Et la palme d’or revient à…

30 avril 2019

À chaque film mythique, son véhicule mythique… Alors que la ville de Cannes s’apprête à accueillir la 71ème édition de son célèbre festival du film, Chacun sa Route a eu envie de mettre en lumière quelques voitures mythiques du cinéma, présentes dans des films couronnés d’une Palme d’Or.

Découvrez l’envers du décor et entrez dans la légende du 7e art…

 

Le Corbitt 50SD6 et le Dodge T110

voitures mythiques du cinéma

En 1953, Henri-Georges Clouzot remporte la Palme d’Or avec « Le Salaire de la Peur ». Le film raconte le transport, au risque de la vie des chauffeurs, de nitroglycérine destinée à éteindre des incendies d’exploitation pétrolière… Explosif donc !

Si Yves Montand est très remarqué pour sa prestation, les autres stars du film sont deux camions : Le Corbitt 50SD6 et le Dodge T110. Le Corbitt est un camion militaire américain 6×6 dérivé du White 666. Le Dodge, lui, est un camion civil qui fut militarisé pour le Canada.

Pourquoi de tels choix pour ce film ? Très certainement en raison de leur capacité « tout-terrain » mais aussi pour leur style visuel assez prononcé. Très présents à l’écran, ce sont eux qui rythment le film et entretiennent le suspense en raison des nombreux obstacles qu’ils franchissent. À ce jour, il est difficile de savoir ce qu’ils sont devenus après le tournage.

 

La Triumph TR3A

La voiture star qui parcourt Rome dans « La Dolce Vita » de Fellini est une… anglaise ! Palme d’Or en 1960, le film n’aurait pas le même charme sans les virées durant laquelle Marcello Mastroianni « conduit » Anita Ekberg à travers la ville. Ce roadster colle parfaitement à l’image de séducteur de l’acteur.

À noter que dans le civil, Marcello Mastroianni affectionnait plus particulièrement les voitures italiennes et notamment les Lancia. Une passion pour les belles carrosseries partagée par le réalisateur du film, Federico Fellini.

Un dernier détail : le mot « paparazzi » est né de ce film. « Paparazzo » est le vrai nom du photographe lancé sur les traces de la star.

 

La Ford Mustang

voitures mythiques du cinéma

« Un homme et une femme », Palme d’Or 1966, aurait tout aussi bien pu s’intituler : Un homme et une femme… et une voiture ». Personnage à part entière de cette romance qui révéla le talent de Claude Lelouch, la Ford Mustang flanquée du numéro 184 crève l’écran. Et pour cause, l’homme du film est un pilote de course. C’est sa voiture qui lui permettra ainsi de retrouver la femme dont il est passionnément amoureux.

Impossible d’oublier la scène d’anthologie durant laquelle Jean-Louis Trintignant arpente la plage de Deauville au volant de sa Ford Mustang pour étreindre Anouk Aimée. Les fameux « chabada-bada » de la musique de Francis Lai finiront d’inscrire la scène dans la légende du 7ème art. D’ailleurs, vous devriez l’avoir en tête pour une bonne partie de la journée !

 

Le Taxi new-yorkais

voitures mythiques du cinéma

Lorsque Taxi Driver remporte la Palme d’Or en 1976, il ne sait pas encore qu’il marque le début d’une des collaborations les plus essentielles du cinéma américain. Le réalisateur Martin Scorsese et son acteur fétiche Robert De Niro tourneront 8 chefs d’œuvre ensemble ! Taxi Driver retrace le quotidien d’un ancien marine reconverti en chauffeur de taxi qui s’enfonce peu à peu dans une spirale de violence.

Perfectionniste, Robert de Niro a d’ailleurs obtenu sa licence de chauffeur de taxi. Il roulait plusieurs mois jusqu’à 12 heures par jour au volant d’un véritable « Checker Cab ». Lors d’une de ses vraies fausses tournées, il embarque ainsi une jeune comédienne nommée Diahnne Abbott. La conversation s’engage et De Niro lui donne quelques conseils pour percer.

Elle obtient finalement un petit rôle dans le film, et épousera l’acteur avant de lui donner un fils. Si Taxi Driver est un film très sombre, tout est bien qui finit bien.

 

La Chevrolet Malibu Chevelle dite « Chevy »

voitures mythiques du cinéma

En 1994, Quentin Tarantino reçoit la Palme d’Or pour Pulp Fiction. Devenu une référence pour ses dialogues, sa musique et son impressionnant casting, le film a offert au cinéma des séquences devenues cultes. Star à quatre roues du long métrage, la Chevrolet Malibu Chevelle couleur cerise de John Travolta mérite à elle seule un film. Sublimée à l’écran, et donnant à son propriétaire l’envie de tuer ceux qui l’ont rayée, sa véritable histoire vaut de l’or.

Voiture personnelle de Quentin Tarantino, elle apparaît dans le film à de nombreuses reprises et se fait juste doubler au moment de se faire encastrer dans une maison. Tout va donc pour le mieux jusqu’à ce qu’elle soit volée durant le tournage. Elle sera finalement retrouvée en 2013, son nouveau propriétaire n’ayant aucun lien avec le vol.

Vous savez à peu près tout. Ce qu’on ne peut toujours pas vous dire, c’est ce que contenait la fameuse valise…

 

Avant de vous laisser reprendre le chemin des salles obscures, Chacun sa Route souhaite rendre hommage à ces célèbres voitures qui ont fait l’histoire du cinéma, avec ou sans Palme d’Or : Volkswagen Coccinelle, Peugeot 406, Chevrolet Impala, De Lorean DMC, Aston Martin DB5, Lotus Esprit 1959 « sous-marin », Plymouth Fury 1958, Ford Falcon XB GT Coupé 1973, Ford Mustang ‘558…

Merci de nous avoir fait rêver !