Les meilleures bandes dessinées sur le monde de l’automobile

06 février 2020

Les meilleures bandes dessinées sur le monde de l’automobile

Placée sous le signe du 9e art par le ministère de la Culture, l’année 2020 verra de nombreux évènements organisés sur tout le territoire français pour promouvoir la bande dessinée. À l’occasion du festival d’Angoulême, dont la 47e édition s’est tenue entre le 30 janvier et le 2 février 2020, Chacun sa route revient sur les plus belles pages de bandes dessinées mettant le monde de l’automobile en scène.

Bande dessinée et automobile : des histoires profondément liées

Véritable amoureux des belles mécaniques, Franquin a régulièrement partagé sa passion pour l’automobile dans ses ouvrages. Dès les années 50, Spirou et Fantasio sont aperçus au volant de rutilantes Américaines au design spectaculaire. Le dessinateur s’amuse même à créer de toutes pièces les mythiques Turbotractions qui accompagneront les héros dans plusieurs épisodes de leurs aventures. L’un de ces bolides de fiction sera d’ailleurs réalisé en 2006 par le carrossier italien Touring, avec un moteur de Porsche 924, à l’occasion d’une exposition dédiée à Franquin et à son univers.

On retrouve aussi l’amour de l’auteur pour les voitures dans la série Gaston, et en particulier dans l’album « Roulez Lagaffe ! », où le maladroit Gaston Lagaffe conduit son iconique Fiat 509 jaune et noire. Les amoureux de la bande dessinée et de l’automobile se plongeront avec plaisir dans « Le garage de Franquin », ouvrage de référence répertoriant tous les plus beaux modèles présents dans l’œuvre de l’auteur. Dans le même style, la série de fascicules  « Blake et Mortimer, voitures et véhicules fantastiques » revient sur tous les véhicules utilisés par les deux héros d’Edgar P. Jacobs dans leurs aventures. Vous découvrirez les secrets de la Lincoln Cosmopolitan du « Mystère de la grande pyramide » ou de la Ford 1957 de « S.O.S. Météores ».

Tintin : Le personnage dont le destin est lié à l’automobile

Un autre personnage mondialement connu dont le destin est lié à l’automobile est Tintin. Dans le premier album, « Tintin au pays des Soviets », le reporter n’arbore pas encore sa légendaire houppette sur le front. Dans la planche numéro 8, il saute depuis un arbre dans une Mercedes décapotable puis part sur les chapeaux de roues. C’est cette accélération brutale qui relève sa mèche et donnera au héros son apparence définitive. Si, au départ, le petit reporter voyage en train et en bateau, la démocratisation de l’automobile se ressent bien dans ses aventures. Pas moins de 79 modèles sont répertoriés dans l’œuvre d’Hergé, lui-même grand amateur de belles mécaniques. Ford T dans « Tintin au Congo » ou Lincoln Torpedo dans « Les cigares du Pharaon », les voitures mythiques vrombissent d’album en album. On voit même les Dupondt au volant de leur 2CV dans « L’affaire Tournesol » ! Tout cet univers est raconté avec brio dans « Tintin, Hergé et les autos », qui ravira tout autant les aficionados de BD que de voitures légendaires.

Les courses automobiles dans la bande dessinée

L’automobile n’est pas seulement l’un des moyens de transport les plus populaires, c’est également un loisir, qui s’est démocratisé tout au long du XXe siècle. Les courses automobiles passionnent et constituent, pour les auteurs, écrivains ou cinéastes, un levier de suspense incroyable pour captiver leurs lecteurs. La série Michel Vaillant, qui débute en 1959, symbolise bien l’engouement général pour ces fous de la route, qui poussent leurs bolides toujours plus à fond sur les pistes du monde entier. Dès le premier album, « Le grand défi », Michel Vaillant se confronte aux pilotes américains sur les circuits légendaires du Grand Prix d’Argentine, des 24 heures du Mans, d’Indianapolis, de Francorchamps ou encore du Nürburgring.

 

Encore aujourd’hui, la série nous transporte à vitesse grand V sur toutes les courses mythiques qui passionnent le monde automobile, de l’endurance à la Formule 1, en passant par le stock-car. À travers ces récits, on découvre les rivalités entre écuries, les avancées technologiques ou encore l’évolution du design des bolides… C’est toute l’histoire de l’automobile qui se lit à travers ces albums, qui continuent de faire rêver des milliers d’enfants et d’adultes. Alain Prost lui-même a déclaré que sa vocation de pilote est née en parcourant les planches de bandes dessinées mettant en scène des conducteurs audacieux et intrépides !

 

Mauro Caldi est lui aussi un héros qui évolue dans le milieu des courses automobiles. Sur fond d’intrigues liées à la mafia sicilienne, le jeune Mauro prend le volant de modèles Ferrari sur les tracés mythiques des années 50. La série mêle ainsi avec habilité intrigues policières et sport automobile.

 

Pour retrouver d’autres bandes dessinées se déroulant autour des circuits, on ne manquera pas la collection « Plein Gaz » de Glénat. L’ouvrage « Sebring 70 : La 12e heure » relate l’histoire de l’édition 1970 de la course légendaire Les 12 Heures de Sebring, avec l’affrontement entre Porsche et Ferrari, auquel l’acteur Steve McQueen a participé en prenant le volant de la Porsche 908. Un livre au dessin soigné et aux couleurs pastel dans lequel les nostalgiques de cette belle époque se plongeront avec délectation. « La dernière Targa Florio » revient sur la mythique course sicilienne tandis que « Le duel Ferrari-Ford » retrace la rivalité des deux écuries au Mans au début des années 60. Plusieurs tomes racontent l’histoire des 24 Heures du Mans, depuis la création de la course jusqu’à nos jours. Parmi les autres bandes dessinées de la collection, on retrouve la vie de grands noms de l’automobile dans Gordini, le sorcier bien aimé, Les frères Rodriguez ou encore la série Jacky Ickx.

De nombreux autres ouvrages méritent d’être parcourus, lus et dévorés, en particulier pour les amateurs d’Histoire. La série Voitures de légende retrace en 3 tomes les histoires de la DS, de la 2CV et de la Coccinelle. Toujours chez « Plein Gaz », les 2 tomes de Garages de Paris racontent la création des voitures populaires, de la 404 à la fameuse R8 Gordini.

Que vous soyez fan de polar, de mondes extraordinaires, de comédie ou tout simplement de belles mécaniques, il y a fort à parier que vous trouverez la bande dessinée qui vous fera vrombir de plaisir !