Le recyclage chez Norauto

21 novembre 2019

Conscient des nuisances occasionnés par son secteur d’activité, Norauto s’est engagé dès 1995 à réduire son impact environnemental. Ainsi, pour agir contre le dérèglement climatique, nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux pour les trois ans à venir : réduire de 30% nos émissions de gaz à effet de serre, de 20% notre consommation énergétique et de 15% notre utilisation de plastique.

Cela fait longtemps que nous sommes pionniers dans le traitement des produits usagés. Ainsi, pour chaque type de déchet, nous avons mis en place une filière spécifique de tri, de collecte et de recyclage.

Le recyclage de ce qui se voit

En 2002, le premier centre Norauto, à Argenteuil, a été certifié 14001. Pour rappel, l’ISO 14001 est une sorte de boîte à outils pour aider les entreprises à faire du management environnemental à toutes les échelles. C’est également une certification qui assure que Norauto respecte l’ensemble des process sur le sujet dans ses centres.

Cette certification permet la mise en place d’un système de production, de gestion et de fonctionnement qui s’intègre dans une perspective dynamique de maîtrise des impacts environnementaux.

Dans le cadre de notre amélioration continue, nous avons créé une feuille de route “économie circulaire“ dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. 

La gestion de ces produits usagés au quotidien est maintenant gérée par 21 filières de recyclage : Aérosols, Batteries au plomb, Batteries au lithium, Bois, Carton, Chiffons souillés, DEEE, Aluminium, Extincteurs, Ferraille, Filtres, Huiles usagées, Liquides souillés, Liquides de frein, Liquides de refroidissement, Pare-brises, Plastique, Piles, Pneus, Pots catalytiques et Vêtements de travail.

Cela représente, sur l’exercice fiscal 2018, plus de 50 mille tonnes de déchets recyclés dans les centres.

A travers des partenariats industriels durables, nous travaillons à ce jour avec 14 collecteurs et 32 recycleurs. Pour aller encore plus loin, nous nous sommes fixés des indicateurs de valorisation de nos produits usagés, afin de piloter le pourcentage de réemploi, de valorisation matière (nouvelles applications) et de valorisation energétique (combustible de substitution). Nous souhaitons tendre vers le zéro incinération et le zéro enfouissement.

Depuis 2010 Norauto a recyclé plus de 180 000 tonnes de pneus usagés soit 100% des pneus démontés dans nos ateliers.  Les pneus, après avoir été démontés, sont triés par un professionnel qui va les orienter vers une seconde vie selon leur état via un rechapage (nouvelle bande de roulement) ou un pneu d’occasion. Les plus dégradés sont envoyés chez un valorisateur qui va les broyer pour différentes applications. Soit le recycleur va séparer les 3 composants principaux du pneus (le textile, la ferraille et le caoutchouc). Il utilisera cette dernière matière pour en faire de nouveaux produits. A titre d’exemple, notre partenaire de recyclage Roll-Gom réalise des roulettes de poubelles made in France, à partir de nos vieux pneus. Il s’agit d’une valorisation matière. Soit nous recyclons nos pneus en valorisation énergétique en combustible de substitution avec nos partenaires cimentiers.

Une batterie au plomb est recyclable à quasiment 100%. Le plomb est fondu en lingots, le plastique en billes utilisées pour créer de nouveaux produits, et l’acide est neutralisé. Depuis 2009, Norauto a participé au recyclage de plus de 62 000 tonnes de batteries usagées. Pour sensibiliser le client lors de l’achat d’une nouvelle batterie, nous offrons un bon d’achat de 15 euros pour la reprise de son ancienne batterie. 

Les huiles usagés de nos ateliers générées par les vidanges et nos prestations de réparations sont recyclés à 100%. Tous les ans depuis 2010, Norauto participe au recyclage de plus de 5000 tonnes d’huile. Ce gisement est devenu à 57% de la nouvelle huile régénérée de base utilisée pour de nouvelles applications dans l’industrie (valorisation matière) et à 43% en combustible de substitution dans les cimenteries (valorisation énergétique). 

Mais aussi de ce qui ne se voit pas

En 2018, nous avons changé les vêtements de travail de nos collaborateurs et nous sommes fixés le challenge de les recycler. Sacré challenge puisque, jusqu’alors rien n’existait à ce sujet. Nous avons donc dû innover.

En effet, il est bon de savoir que les vêtements d’atelier, ce n’est pas comme n’importe quel t-shirt, pull ou pantalon. Il s’agit de vêtements marqués Norauto, qui ne peuvent donc pas être donnés ou réutilisés en l’état. Mais ils sont également souvent souillés par le travail : les huiles, la graisse et l’usure.

Alors qu’en temps normal ils auraient tous été jetés et donc brûlés ou enfouis, ils ont été rapatriés et confiés à de nouveaux partenaires qui ont pu transformer plus de 25 tonnes de vêtements. Ceux-ci sont devenu pour partie 15.000 t-shirts 100% recyclés et 100% recyclables qui habilleront les collaborateurs en lieu et place des t-shirts classiques Norauto. Le reste a été transformé en isolant thermique.

Conclusion

Alors que l’on n’a jamais autant parlé de recyclage et de lutte contre le gaspillage, notamment dans le cadre du projet de loi sur l’économie circulaire, nous constatons aujourd’hui que notre engagement historique fait sens et résonne de plus en plus, que ce soit dans ces lois, mais également dans le souhait des consommateurs et de nos clients de consommer de plus en plus responsable.

Nous souhaitons donc aller encore plus loin et continuer d’être un acteur de la transition écologique par nos engagement ambitieux tout en étant un levier d’innovation.