Climatisation : Les bons gestes à adopter !

18 août 2020

Parce qu’elle entraine une surconsommation de carburant et qu’elle augmente vos émissions de gaz à effet de serre, la climatisation de votre voiture peut s’avérer polluante. Mais quels gestes adopter pour réduire l’impact de votre clim auto sur l’environnement ?

Gros plan sur la climatisation des véhicules, ses effets sur la nature et les points à retenir pour concilier confort sur la route et écologie.

La climatisation de la voiture augmente-t-elle la consommation de carburant ?

La climatisation de votre voiture produit de l’air frais dans l’habitacle grâce à la compression d’un gaz réfrigérant (R-134a ou R-1234yf) opérée par un compresseur de climatisation relié au moteur. Plus la demande en air frais augmente, plus le moteur est sollicité.

Par effet mécanique, plus on demande d’effort au moteur, plus la consommation de carburant est élevée. Ainsi, lorsqu’elle fonctionne, la climatisation de votre véhicule est à l’origine d’une surconsommation d’environ 2 litres aux 100 kilomètres quand vous roulez en ville et 0,4 litre quand vous roulez sur route ou sur autoroute.

Cette surconsommation de carburant s’accroît d’autant que la température extérieure est élevée ou que le réglage de la température de l’habitacle dépasse 5 °C d’amplitude.

En clair, régler la température de l’habitacle à 20 °C alors que la température extérieure est de 30 °C se traduit par une surconsommation variant de 40 à 70 % en ville et oscillant entre 15 et 30 % sur route. En réduisant l’amplitude entre la température extérieure et la température intérieure, c’est-à-dire en réglant l’air de l’habitacle à 25 °C et non plus à 20 °C, cette surconsommation de carburant baisse de 5 à 8 %.

La surconsommation liée à la clim peut aussi trouver son origine dans le fonctionnement des climatisations à régulation automatique qui décident seules quand le moment est venu de faire descendre la température dans l’habitacle. Ce mode de fonctionnement par défaut s’active dès que les températures extérieures se situent autour de 20 °C et génèrent une consommation de carburant superflue tout au long de l’année.

Suivant le volume de l’habitacle, l’utilisation en ville ou sur route, et les conditions climatiques, on estime que la climatisation automobile engendre en France une surconsommation de carburant allant de 1 à 7 %.

La climatisation auto émet-elle des gaz à effet de serre ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, la climatisation génère une hausse des émissions de CO2 avec une augmentation de :

  • 40 % du monoxyde de carbone (CO) ;
  • 40 % d’hydrocarbures imbrûlés (HC) ;
  • 25 % d’oxydes d’azote (NOx) pour les moteurs à essence contre 40 % pour les moteurs Diesel ;
  • 30 % de particules fines (PM) pour les moteurs Diesel.

Par ailleurs, pour fonctionner, la climatisation a besoin de fluide frigorigène. Jusqu’en 2012, le fluide frigorigène utilisé était le R-134a dont le PRG (potentiel de réchauffement global) atteignait 1 430 (1 430 fois plus que le CO2 dont le PRG est de 1).

Depuis 2013, le fluide frigorigène utilisé est le R-1234yf dont le PRG est de 4 (soit 335 fois moins que le R-134a). Ce progrès s’accompagne d’un renforcement du cadre réglementaire au niveau français et européen, comprenant notamment la création d’un observatoire des gaz fluorés et la mise en œuvre des procédures suivantes :

  • L’intervention sur les climatisations (y compris l’achat de fluide frigorigène) ne peut être réalisée que par des professionnels agréés ;

 

Retrouvez nos entretiens climatisation !

 

  • En fin de cycle, le fluide frigorigène doit être récupéré par ces mêmes professionnels agréés et acheminé vers les filières de recyclage appropriées.

 

Malgré toutes ces précautions, il faut garder à l’esprit qu’une climatisation automobile est susceptible de rejeter une partie du fluide frigorigène contenue dans son circuit. Une fuite, un accident ou une opération de maintenance peuvent laisser échapper de petite quantité de R-134a ou de R-1234yf dans la nature provoquant une hausse de l’émission annuelle de gaz à effet de serre allant de 1 à 11 %.

 

Comment utiliser la clim dans son véhicule en limitant l’impact sur l’environnement ?

Un entretien régulier et une utilisation maîtrisée de votre climatisation peuvent limiter la surconsommation de votre automobile et ses émissions de gaz à effet de serre. Pour réduire votre impact sur l’environnement et protéger votre santé, voici quelques gestes à adopter :

 

  • Garez votre véhicule à l’ombre de préférence et n’hésitez pas à vous équiper d’un pare-soleil pour pare-brise protégeant efficacement votre habitacle de la chaleur et des UV.

 

  • Si votre voiture a stationné en plein soleil et que la température intérieure est très élevée, commencez par ouvrir les fenêtres pour rafraîchir l’habitacle avant d’allumer la climatisation.

 

  • Roulez fenêtres fermées quand la climatisation est en marche.

 

  • Lorsque vous réglez la température de l’habitacle, ne dépassez pas 5 °C d’écart avec la température extérieure.

 

  • Pour réduire l’énergie consommée par votre climatisation automobile, profitez ponctuellement de la fonction « recyclage » permettant de récupérer et faire circuler à nouveau l’air frais de l’habitacle (sans dépasser 10 minutes).

 

  • Pensez à désactiver votre climatisation automatique en passant en mode manuel, hors vague de chaleur.

 

  • Éteignez votre climatisation quelques minutes avant votre arrivée.

 

  • Pour éviter que le système ne reste trop longtemps à l’arrêt et pour limiter les fuites de fluide frigorigène, faites fonctionner votre climatisation au moins 10 minutes par mois, été comme hiver.

 

  • Il n’est pas indispensable de faire réviser votre clim tant qu’elle produit du froid. En revanche, n’hésitez pas à faire contrôler votre véhicule par un professionnel agréé en cas de fuite de fluide frigorigène.

 

Découvrez nos prestations climatisation !

 

  • Pour vous protéger de la pollution intérieure, changez tous les ans votre filtre d’habitacle qui débarrasse l’air intérieur des poussières et particules fines.

 

  • En fin de vie ou si votre véhicule part en destruction, assurez-vous que le fluide frigorigène de votre climatisation est récupéré par un professionnel agréé puis acheminé vers les filières de recyclage appropriées et non rejeté dans l’atmosphère.

 

Dans le même thème…

 

Climatisation et buée : Les bons conseils